Premier ministre

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes

  • Envoyer à un contact
  • Imprimer l'article
  • Agrandir le texte
  • Diminuer le texte

Télécharger 

Dans la même rubrique 

Toutes les actualités

Actualités des autres thématiques 

Toutes les actualités
Actualités

Le Ministère de la Justice et le CESE s’engagent pour une communication sans stéréotype de sexe !

24 mars 2016

A l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le Ministère de la Justice et le CESE, troisième assemblée constitutionnelle de la République, s’engagent pour une communication sans stéréotype de sexe auprès du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.
Les nombreuses sollicitations reçues par le HCE concernant le Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, élaboré pour être utile au quotidien, lancé le 5 novembre dernier et diffusé à plusieurs milliers d’exemplaires, témoignent de l’intérêt pour ce sujet qui est loin d’être anodin.

Communiquer pour lutter contre l’effacement des femmes

Communiquer de manière non-stéréotypée représente une vigilance de tous les instants au niveau du langage, des illustrations retenues, ou de la composition d’une tribune. C’est là le sens de la Convention d’engagement pour une communication publique sans stéréotype de sexe proposée à la signature des organismes publics qui ont, en la matière, un devoir d’exemplarité.
Jean-Jacques URVOAS, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, a saisi l’opportunité du 8 mars pour s’engager à mettre fin à la reproduction des stéréotypes de sexe au sein de l’administration judiciaire, faisant de son ministère le premier à s’engager en ce sens.
 
Signature de la Convention d’engagement par Danielle BOUSQUET, Gaëlle ABILY et Jean-Jacques URVOAS – Crédit photo : HCE

« Nous ne sommes pas des secondes, nous sommes des égales. Usons du féminin. »

Gaëlle ABILY, rapporteure du Guide pratique, a profité de l’occasion pour souligner que loin d’être un « prêt-à-penser », ce Guide constitue un outil au service d’une démarche intégrée de l’égalité. Il repose sur un constat : « La langue est politique, elle est le reflet de notre société, de nos choix. Elle traduit nos valeurs, ce que nous sommes et ce que nous voulons être. Elle illustre notre vivre-ensemble. Une langue qui rend invisible les femmes serait la traduction d’une société où les femmes seraient secondaires. ».

Jean-Jacques URVOAS lance un « appel à oser »

Le Ministre s’est exprimé devant des femmes ayant des parcours professionnels emblématiques dans les domaines de la justice et du droit et œuvrant dans toutes les directions du ministère. Citant plusieurs parcours de pionnières, le Ministre veut contribuer à susciter des vocations et surtout lutter contre le renoncement des femmes, confrontées à la double peine du cumul vie professionnelle et vie privée.
« Les mots sont le reflet d’une époque, d’une culture », a déclaré Jean-Jacques URVOAS. « Et c’est l’honneur de la langue française, c’est l’honneur un grand pays comme la France, de savoir conjurer les inégalités du langage, pour ensuite conjurer les inégalités drainées par ses préjugés, pour enfin conjurer les inégalités de la vie réelle et quotidienne. ».
A ses côtés, Marie-Françoise LEBON-BLANCHARD, Haute fonctionnaire en charge de l’égalité des droits, a souligné la nécessaire exemplarité de l’État, ajoutant que « L’histoire nous a montré que rien ne se fait par “la force naturelle des choses” et c’est bien notre volonté d’agir qui portera la mixité des métiers et des responsabilités, et ce, pas seulement dans la magistrature. ».

Des signataires de plus en plus nombreux.ses

Le 8 mars a également été l’occasion pour le Conseil économique, social et environnemental (CESE) de décider de la signature prochaine de la Convention d’engagement pour une communication sans stéréotype de sexe. Le CESE devient ainsi la première des trois assemblées constitutionnelles à s’engager dans cette démarche de communication non sexiste. Le HCE espère que ce signal fort de modernité adressé par le CESE – assemblée constitutionnelle la plus paritaire avec 45,7% de femmes – invitera le Sénat et l’Assemblée nationale dans la même voie.
Le CESE et le ministère de la Justice rejoignent la Région Bretagne, le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), l’ENS Rennes, le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), Sciences Po Toulouse, le CNFPT, l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, le CNFPT, l’ONISEP, Universcience, et les autres signataires de la Convention d’engagement.

Télécharger le guide.
Télécharger la convention d’engagement.


Votre organisation souhaite également rejoindre la liste des signataires ?

Contactez-nous : haut-conseil-egalite@pm.gouv.fr